Poulet Fermiers
Home » Poulets fermiers » IRC 1 : Coût des aliments par poulet

Pourquoi est-ce important?

Le coût des aliments représente généralement 60 à 70 % du coût total de production des petits élevages. Il est donc important de faire le suivi du coût pour chaque poulet afin d’avoir une bonne idée de l’incidence de ce poste de dépenses sur votre atelier de production. Ce n’est qu’après avoir déterminé précisément le coût des aliments que vous pourrez commencer à améliorer votre productivité.

1.Commençons tout de suite


Utilisez la simple feuille de travail ci-dessous pour calculer le coût des aliments par volaille. Notez que nous avons supposé que vous utilisez une formule d’aliments générique; vous pouvez remplacer les coûts en prenant les prix des formules à base de grains OGM ou biologiques, ou vous pouvez utiliser vos coûts d’alimentation réels.

2.Apporter des améliorations


Les poussins ont besoin d’une ration riche en protéines. La formule démarrage représente une part relativement faible du coût total des aliments. À ce stade, il est plus important d’obtenir un taux de croissance initial maximal et de stimuler l’appétit des poussins afin d’accroître le rendement de chair et la rentabilité, que de chercher à réduire les coûts.

À mesure que les poulets grandissent, leur taux de croissance ralentit et leurs besoins en protéines diminuent. Les programmes d’alimentation comportent généralement trois étapes correspondant à des teneurs décroissantes en protéines : démarrage, croissance et finition.

Les rations de finition représentent généralement la plus grande part du coût total des aliments. Les considérations économiques de rentabilité s’appliquent donc à cette étape. Si vous achetez des aliments que vous utiliserez en mélange avec vos propres céréales, suivez les directives de l’étiquette concernant ce mélange. Si vous cherchez à réduire vos coûts en ne respectant pas ces directives, vous risquez de servir une ration qui ne répond pas aux besoins nutritionnels des poulets1.

La quantité d’aliments consommée dépend de nombreux facteurs, notamment la conduite de l’élevage, la température ambiante et le mode d’élevage, plein-air ou confinement. Une température trop basse augmentera la consommation d’aliments et ralentira la croissance, mais une chaleur excessive peut aussi réduire l’appétit et la croissance des poulets. Les taux de croissance et la consommation d’aliments des volailles élevées en plein-air varieront selon la disponibilité et la qualité de l’herbe.

Renseignez-vous auprès de votre fournisseur d’aliments pour vous assurer de servir la ration qui convient à vos poulets.

3.Établissement d’objectifs


 

La ” règle d’or ” de la gestion agricole : une amélioration de 5 % de la productivité, plus une augmentation de 5 % du savoir-faire marketing, plus un gain d’efficacité de 5 % (baisse des coûts de production) équivaut à une amélioration de 117 % du résultat net 2.2

Veuillez créer un compte pour accéder à la section sur la fixation d\'objectifs. Cela vous permettra de vous connecter en tout temps afin de pouvoir évaluer votre progression. Vous aurez accès à des exemples de mesures que vous pouvez prendre pour atteindre vos objectifs, et vous aurez l\'occasion d\'indiquer quelles mesures vous prendrez. N\'oubliez pas de télécharger vos formulaires d\'IRC remplis afin de pouvoir y accéder à l\'avenir.

1Small Farm Canada magazine

2https://www.fcc-fac.ca/en/ag-knowledge/ag-economics/to-stay-competitive-use-the-5-per-cent-rule.html

« Le plus grand impact sur la productivité est la mortalité. Surtout en élevage plein-air, les poulets sont à la merci des éléments et de la météo. Nous gérons leur environnement autant que possible pour minimiser les pertes. »
– Will & Tara MacArthur
MacArthur Farms

« L’emploi de lampes chauffantes dans les parcs de poussins, jusqu’à ce qu’ils aient des plumes, aide à réduire la mortalité. Les sondes de température nous aident à maintenir la bonne température. »
– Will & Tara MacArthur, producteurs
MacArthur Farms

«Quand nous avons commencé, nous avons fixé la taille du troupeau en fonction de ce que nous pensions pouvoir vendre – 200 nous semblait un bon nombre – et nous avons agrandi l’élevage en développant notre marché. »
– Will & Tara MacArthur, producteurs
MacArthur Farms

Ressources supplémentaires:

http://www.omafra.gov.on.ca/french/livestock/poultry/facts/17-010.htm

http://www.nfacc.ca/codes-de-pratiques/poulets-dindons-et-reproducteurs

https://www1.agric.gov.ab.ca/$Department/deptdocs.nsf/all/cbd14019